Le Mythe d'Orodru, chapitre I : Le Fléau des Puissants

Aller en bas

Le Mythe d'Orodru, chapitre I : Le Fléau des Puissants

Message par Orodru le Mar 12 Juin - 18:58

D'abord fut le grand compte à rebours cosmique. Dans le Vide, dans le Grand Néant Sidéral, une foule de puissances mystiques désincarnées errait dans le silence d'avant le Monde. Aveugles, leurs consciences diffuses mais connectées échangeaient sans bruit. Parmi elles, une puissance lumineuse et solitaire semblait se dégager de la nébuleuse informe de leurs esprits. Brusquement consciente de son individualité, elle se nomma. Ce fut comme une réminiscence quand jaillit spontanément en elle le nom de Orodru.

Soudain, aussi mystérieusement qu’il avait commencé, le compte pris fin.

Dans un éclair aveuglant, Orodru vint au Monde comme le Monde vint à Orodru. Selon la légende, il différait peu de ses pareils quand le Monde naquit. C’était alors le temps de la puissance illimitée : les esprits du Commencement, dotés d’avatars terrestres, façonnaient la Terre à leur image. Leur pouvoir ne connaissait nulle bride. On raconte cependant que des esprits encore plus puissants, les Adh’Mîn, guidaient les Fils du Néant dans leur conquête effrénée de l’espace matériel. Enivrés par leurs pouvoirs terrestres si différents de leur existence de purs esprits du Néant, les Maîtres de la désormais nommée Prairie commirent leur première démesure.

Elaboré dans les recoins obscurs de l’esprit tourmenté du puissant Aohdh, génie diabolique, un plan gigantesque naquit. Tous les Maîtres de la Prairie s’attelèrent bientôt à la construction de la Tour, symbole ultime de leur Toute-Puissance. Orodru pressentit la nature immense de leur œuvre, mais, assoiffé comme les autres, il faisait jaillir de ses mains si neuves et puissantes la Matière, sous le regard dominateur quoique paternel des Adh’Mîn.

Mais un des Adh’Mîn, Grand Maître du Changement, Seigneur de l’Evidence, Dispensateur de Vie et de Mort, le grandiose Tigrum, châtia brutalement l’excès d’orgueil des Prairiens. Quand il vit que ceux-ci, plus obnubilés par leurs intérêts personnels et leur appétit sans fin de terre et de puissance, commençaient à délaisser leur grand’œuvre, il intervint avec une force qui à jamais changea l’Histoire de la Prairie. Les Seigneurs du Vide, les Maîtres de la Matière, les Grands Esprits d’avant la Naissance du Monde, devinrent soudain mortels.

Non, nulle matière ne sortait dorénavant des mains usées d’Orodru ; épouvanté, en proie à la plus grande des paniques, il fuit comme les siens. Ainsi se fit la Grande Dispersion, que d’autres mythologies et cosmogonies ont aussi nommée l’Exode. Orodru se fit rapidement à son existence précaire de mortel quand il s’aperçut que la mort n’avait finalement rien de définitif : pour l’esprit puissant qu’il était resté, ce n’était que le début d’un nouveau cycle. Mais dorénavant, la Matière ne venait plus du Néant. Et c’est sur l’autel de Krah’âpht que naquirent les outils qui façonneraient le Monde. On raconte qu’Orodru vécu paisiblement les premiers siècles de sa nouvelle condition, établissant avec humilité un domaine où il faisait bon vivre, bientôt rejoint par Aohdh dont on dit qu’il était né du même jaillissement cosmique qu’Orodru. Partout ailleurs dans la Prairie, les Puissances de jadis semblaient s’habituer à leur situation.

Mais un feu secret couvait dans leurs cœurs. Le deuxième Fléau de la Démesure n’allait pas tarder à frapper.

avatar
Orodru
Admin

Messages : 327
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mythe d'Orodru, chapitre I : Le Fléau des Puissants

Message par RavailDisney le Mar 12 Juin - 19:01

C'est un peu biblique. Pour un athée, c'est rigolo.
avatar
RavailDisney
Admin

Messages : 626
Date d'inscription : 17/11/2011
Age : 27
Localisation : Dans un désert

Voir le profil de l'utilisateur http://monpetitcraft.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum